Mathew Bevan alias « Kuji » etait un hacker qui pirata de 1993 à 1998 les ordinateurs de la NASA et la base aérienne de Wright Patterson, il y découvrit les moteurs MAD du programme Aurora. Plus fort encore, Gary McKinnon alias « Solo » hackeur britannique, pirata entre février 2001 et mars 2002, 97 ordinateurs de l’US Space Command, ainsi que les ordinateurs du bâtiment 8 ou se trouve le « Photographic Laboratory and Multimédia Operations Facility» du Centre spatial Lyndon B. Johnson de la NASA :

Photographic Laboratory and Multimédia Operations Facility, building» du Centre spatial Lyndon B. Johnson de la NASA.

Gary McKinnon y découvrit, des documents en format Excel avec une liste qui spécifiée le nom des officiers « non-terrestres» qui travaillaient pour le SSP de haut niveau. Il trouva des copies détaillant des transferts de flotte-à-flotte de « personnel naviguant » et notamment des « Space Marines ». Il put observer les photos de plusieurs vaisseau spatiaux en forme de cigare, puis surtout le nom du programme secret qui chapeautée tout cela, le programme « Solar Warden ».

Gary Mckinon
Gary Mckinnon alias « Solo »

Solar Warden est le fruit d’une longue évolution de l’Us Navy, notamment sa branche Aéronavale. La Navy (USN) est devenu l’institution précurseur du programme spatial secret (SSP). Les grandes firmes de l’industrie aérospatiale ne tardèrent guère à s’y joindre. L’Amiral Rico Botta (chargé de l’espionnage technologique pendant la seconde guerre mondiale et qui découvrit grâce à ses équipes d’espions la technologie des Vril-Ya que dévloppaient les Allemands) fut l’officier missionné par James Forestal (éminent membre du MJ-12) de mettre en place le Programme spatial secret américain (SSP). D’autres Amiraux de la Navy comme l’Amiral Byrd et l’Amiral Nimitz rejoignirent la création du SSP, juste après le désastre de l’opération « Highjump ». L’Ufologue Michael Sallas décrit sur son site le parcours de l’Amiral Rico Botta : https://exopolitics.org/tag/admiral-rico-botta/.

MJ12

Selon l’informateur William Tompkins, le SSP avait, dès son début, été fortement influencé par l’aide indirecte d’êtres « Nordiques » d’origine non terrestre. Ils étaient infiltrés et occupaient des postes clés qui aidaient au développement du programme spatial secret de l’USN, notamment au développement des ARV. C’est ainsi qu’en 1978 à la suite de l’incident d’Harvest Moon les travaux préliminaires furent confiés tout naturellement aux bureaux d’études de la Navy.

La conception prospective de ces vaisseaux se basa initialement sur la connaissance qu’avait la Navy au sujet des dirigeables et Porte-avions et certains concepts générée lors du programme Horizon. L’expérience en anti-gravité avec les ARV ainsi que l’expérience spatiale acquise avec les programmes Apollo et Skylab permirent d’en configurer les caractéristiques :

zepelin
Concept de transporteur lourd USS Akern. Taille comparé avec le dirigeable USS Akron. William Tompkins, Advanced Design Bureau, McDonnell Douglas 1954

Station

Croiseur
Etudes Prospectives, Croiseur lourd. WT
vaisseau comon
Etude prospective, vaisseau de comunication. WT

Quand en mars 1983 Ronald Reagan lança le programme d’initiative de défense stratégique IDS dit « Star Wars », les travaux furent entièrement transféré au CCI qui distribua le travail aux « majors » (grandes firmes aéronautiques américaines : Lockheed, Northrop, Mc Douglas, Boeing etc.).

Fin 1984 tout était prêt pour construire huit vaisseaux amiraux de type « Cigare » commandant chacune une task-force de vaisseaux plus petits. Ils furent construits dans des installations souterraines secrètes en Utah, à raison d’un bâtiment principal tous les deux ans. Nous connaissons actuellement le nom de trois de ces vaisseaux, le SS Curtis Lemay, le SS Hillenkoetter et l’ASSR Arnold Sommerfeld.

Uss H

Nous connaissons aussi une classe de vaisseaux plus petits appelés (Earth Defense Force Space Ship) EDF SS class « Nautilus » :

Nautilus
USS « Nautilus » (Concept W.Tompkins, 1954)
Nautilus 2
« Nautilus ». Photo prise par le périscope de l’USS Trepang SSN 674, Mars 1974

La mission de cette flotte spatiale de la Navy était la protection des intérêts américains et alliés dans tout notre système solaire jusqu’au nuage d’Oort (à peu près 1 année lumière de la terre). Ces navires, peu nombreux et assez archaïques comparés aux vaisseaux extraterrestres, fessaient souvent acte de présence et contrôlaient l’espace du système. Cependant bien que Solar Warden n’était pas de taille à affronter une armada Alien, il lui arrivait d’agir à l’encontre de petits vaisseaux de pilleurs, qui pénétraient notre système solaire à la recherche de technologies ou d’Humains.

C’est que notre système solaire se trouve dans un secteur excentré du bras d’Orion bras qui se situe lui-même entre deux bras majeur de notre galaxie. C’est comme si notre système solaire était la halte obligatoire avant d’attaquer le vide stellaire entre deux bras.

Bras d'OrionBras d'Orion 2

C’est ainsi que depuis des lustres, les principales alliances extraterrestres investissent la « place », que ce soit par exemple la fédération galactique et ses centaines de races, notamment les nordiques Pléiadian des planettes Erra et Temmer dans le systeme Taygeta ou bien les redoutables factions de l’empire Draco.

Parmi les huit bâtiments de type Cigare, sept sont de nature militaire, ils commandent chacune une flottille de vaisseaux subalternes. Il y a aussi un navire à but scientifique destiné à la recherche spatiale avancée, l’ASSR (Auxiliary Specialized Space Research) Arnold Sommerfeld. Selon l’informateur Corey Goode, qui préta service sur ce navire, l’Arnold Sommerfeld fait des expéditions sur les différentes planètes lunes et astéroïdes de notre système, lance des études de nature géologique à la recherche de ressources rares. Réalise aussi des expérimentations électromagnétiques, énergétique, biologiques ou tout simplement part à la chasse aux artefacts des Anciens.

Les équipages de Solar Warden sont recrutés en fonction de leurs aptitudes requise pour accomplir les missions qui leur seront désignés. Il semblerait que la plupart sont présélectionnés par avance, via des cliniques privées spécialisées dans la sélection génétiques des bébés.  Dès leur procréation in vitro,  les ovules et spermatozoide sont sellectionées afin d’augmenter les chances que les bébes naissent avec des capacités de cognition sensitives et physiques supérieures. Les parents signent un accord et son « subventionné » par le gouvernement : http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/07/31/la-clinique-des-bebes-sur-mesure_1393699_3224.html

Ces enfants font, dès lors, partie des programmes secrets, comme le programme « Moon Shadow », qui a impliqué 300 enfants des deux sexes. Les enfants sont élevés dans leur cellule familiale et sont suivit pendant leur scolarité, qui est tout à fait classique et normale comme n’importe quel enfant. Entre l’âge de 9 et 16 ans outre leur scolarité ils passent des tests de QI visuel et d’intelligence spatiale, des tests de QI verbal qui inclus le raisonnement verbal, la compréhension, le travail de la mémoire, et la logique mathématique, ainsi que des tests psychologiques. Ils sont formés à des entraînements basiques d’orientation, de dynamique de groupe, d’aptitudes intuitives et de projection mentale.

USMCSSA leur majorité la plupart intègrent la Section spéciale des Marines Américains ou ils se spécialisent à leur mission par des entraînements poussés. L’USMC SS est une branche juridique secrète de l’armée américaine crée en 1953 par décret du président Dwight D. Eisenhower. Initialement la section spéciale de US Marines Corp. devait être une sorte de sauvegarde institutionnelle dans le cas où les différents programmes spatiaux devenaient incontrôlables, notamment dans leurs relations avec les Allemands dissidents, ou avec les races intra et extra terrestres. Mandatés aux questions d’éxopolitique ils évaluaient les possibilités diplomatiques et les menaces militaires. Ces « space marines » étaient ceux qui mettaient en œuvre au niveau opérationnel et tactique les décisions stratégiques prise par le MJ-12 et les groupes d’études spéciales (SSG). Nous savons maintenant que cette mission initiale ne fut pas mené à bien. Ils échouèrent à stopper  la dissolution du MJ-12 au sein du tentaculaire complexe industriel qu’est le conglomérat de corporations interplanétaire (CCI).

Marines pub

Les marines de l’USMC SS après leur formation initiale sur Terre sont transférés au LOC pour finaliser leur entrainement puis ils sont affectés à un des huit vaisseaux amiraux de Solar Warden. Avant leur affectation définitive ils signent un contrat « 20 ans et retour », ou il est stipulé qu’ils prêtent service sans possibilité de revenir sur Terre ni d’y avoir aucun contact avec elle de quelque nature que ce soit.

Puis au bout de 20 ans de service ils prennent leur retraite et son renvoyé sur Terre. Juste avant de revenir ils sont transfères au LOC afin que leur souvenir soit « effacé ». Pour ce faire ils absorbent ou on leur injecte un liquide rempli de nano-robots. Ces nano robots remplacent les parties manquantes des télomères de l’ADN par de l’ARN. Ensuite ces personnes sont conviées à pénétrer dans une chambre dédiée « d’impulsion scalaire », au 4em sous-sol du LOC, ou les nano robots son stimulés. Au bout d’une semaine de traitement les « retraités » sortent rajeunie de 20 ans. Puis ils sont transférés sur terre ou ils intègrent un programme spécial de d’incorporation à la vie civile avec un suivi psychologique.

C’est ainsi que Solar Warden a accompli ses fonctions de « police » du système solaire pendant 20 ans, sans majeur anicroche avec les différents groupes extraterrestres. Tout allait pour le meilleur des mondes jusqu’au moment où le retour sur Terre des premiers retraités du « 20 ans et retour » commença à être mis en place. En effet, l’effacement de la mémoire de ces « retraités » n’était pas si efficace que cela, et certains ont commencé à parler à leur retour sur Terre, créant par la même une nouvelle problématique pour le SSP, mais cela fera l’objet du prochain article.