• Pénurie d’esclaves

Malgré l’expérience acquise lors de la construction de la base lunaire, les allemands manquaient cruellement de personnel. On estime à deux/trois milles personnes faisant partie de la Dark Fleet nazi à ce moment-là. Ce manque d’hommes créa des tensions qui ralentirent le rythme de construction des installations martiennes, et à nouveau les Allemands eurent recours au CCI.

Voyage Mars 1

C’est ainsi que fin des années 50 et pendant toutes les années 60-70, le CCI développa une campagne publicitaire au niveau mondial pour le recrutement de personnel qualifié. Ce fut le début de ce que l’on appela la « fuite des cerveaux ». A toutes ces personnes de nationalité différentes, on leur disait qu’ils étaient « choisis », de par leurs capacités et leur génétique, afin de faire partie d’un programme secret de voyage sur Mars. On ne leur disait jamais qu’ils y resteraient jusqu’à leur mort, mais plutôt qu’ils allaient avoir une aventure à la « Star Trek ».

Des milliers de jeunes personnes appartenant à l’intelligentsia du monde entier se retrouvaient aux EEUU ou ils étaient transférés par trains  à sustentation électromagnétique, via les longs tunnels qui jonchent le sous-sol des Etats Unis, vers des gigantesques installations souterraines. Leur voyage continuait par sous-marin ou navire jusqu’en Amérique du sud ou directement jusqu’en Antarctique. En Antarctique ils s’envolaient vers la Lune, puis ils partaient sur Mars, au début via les Andromèda puis ensuite, lorsque la technologie fut bien maîtrisée, via portail. Ces gens allaient avoir une vie d’esclaves à travailler dans les installations Marciennes sous le joug néo-nazi.

Ces recruttement ne suffisaient pas et des milliers de personnes furent aussi enlevées, notamment quand il manquait certaines qualifications auquel le recrutement avait du mal à pourvoir.

  • Clonage humain et crimes contre l’humanité

Dans le même but, des recherches avancées furent accélérée afin de parvenir à un clonage de masse de personnes destinée à ces Bases. Très tôt, pendant les années 30, les nazis s’intéressèrent au clonage, en accord avec leur idéologie de racisme biologique et d’eugénisme. Le scientifique Hans Sperman fut le premier à évoquer le clonage. Il développa la théorie selon laquelle il serait possible de greffer des noyaux de cellules à des ovocytes énuclées. Ce prix Nobel de physiologie et de médecine de 1935 pour ses recherches sur les mécanismes de l’évolution adhéra aux thèses du parti nazi pendant la seconde guerre mondiale. Pendant la deuxiemme guerre mondiale l’Anhenerbe fut l’organisme principal des recherches dans ce domaine. Ils utilisèrent les camps de concentration pour les études sur la géméllation (notamment par le docteur et criminel de guerre Josef Mengele) afin de découvrir, d’une façon empirique directement sur les prisonniers, les secrets de la reproduction mono-nucléique. Ils s’appuyèrent sur les orphelinats et maisons d’enfances eugéniques du Lebensborn comme structure de masse, en augmentant les naissances de bébés gémeaux « arianisés ». L’unité 731 de l’armée impériale japonaise fournie aussi de nombreuses informations utiles pour les recherches nazies en faisant directement des recherches de vivisection sur des prisonniers vivants notamment sur des femmes enceintes.

Aux EEUU la recherche fondamentale, notamment au niveau cellulaire, allait aussi bon train, souvent financée par des organisme comme la fondation Rothschild. Dès 1940 la propriété auto-réplicative des gènes été établie, la mutation des phages de bactéries fut dominée en 1946. La technique du clonage par implantation d’un noyau dans un ovocyte énuclée est mise au point en 1952 par Briggs & King, puis un an plus tard en 1953 la découverte de la double hélice de l’ADN constitua le saut qualitatif nécessaire qui permis de réduire les « inviabilités » ou les foetus morts prématurés des clones fait à partir d’un noyau d’une cellule d’embryon.

Ainsi, grâce aux recherches empiriques directes sur le corps humain réalisées par les SS, grâce à la recherche fondamentale faite par les américains dans les laboratoires financés par le CCI, et grâce à la contribution technologique des Reptiliens, notamment en microchirurgie, bientôt des centaines de couveuses furent mis en place dans les installations souterraine secrètes. La plus connu de ces installations est la base de Dulce, mais d’autres bases plus petites existent aussi.

chambre clonage Dulce

La Base de Dulce aux nouveau Mexique est située sur le plateau du mont Archuletta dans la réserve apache de Jicarilla. Ce site fut choisi par ses caractéristiques géographiques et géologiques. En effet d’importantes études minières furent menée par le CCI dans cette zone ou fut établie une exploitation de Baryum destinée à la fabrication des premières bombes à impulsion électromagnétique « EMP ». La construction de cette base souterraine avait débuté très tôt après la fin de la guerre. Il semblerait que toutes les races de l’empire Draconien sont présentes dans cette base. Ils pratiqueraient des expérimentations qui ont trait à la capture, la préservation, le transfert ou la simple consomation d’âmes humaines (certains l’appellent Orgone ou Chi ou Prana, c’est la force vitale ou ce que la Bible nome comme étant le « souffle de vie ») sur des clones des  humains ou sur eux-mêmes. Cela à des fins de vie éternelle ou simple réjouissance.

En effet nombreux sont les récits « d’abductés » (enlevés) qui parlent de reptiliens qui massacrent des enfants et «s’alimentent » de leurs âmes. Le chercheur Italien Corrado Malanga dans son livre «Alien Cicatrix » en fait sa conclusion suite à des milliers d’entretiens par hypnose avec des « abductés » : version Anglaiseversion Espagnole

Ces crimes auraient été commis avec la connivence de militaires et agents gouvernementaux. Les clones sont reproduits et « vieillit » dans ces couveuses par réduction des télomères puis une fois l’âge adulte atteint ils sont transférés en Antarctique et envoyés sur la base reptilienne de la Lune pour ensuite aller sur Mars. Sur la planette rouge ils sont entrainés puis assignés en majorité à des unités combattantes à fort taux de mortalité.

  • Expansion territoriale et avancées technologiques

 Avec cet afflux de clones et de personnel « esclave » recrutés ou enlevés de force, bientôt les Nazis purent augmenter les territoires sous leur control ainsi que le nombre des bases marciennes. A l’image des premiers colons en Amérique du nord, les autres êtres biologiques vivants de la planète furent chassés de plusieurs zones, et parfois ils furent même « atomisés », avec des bombes à neutron. Ce fut le cas lors d’un assaut Nazi sur un tube de lave Mantis. Le docteur en physique John Brandenbourg soutient cette thèse du conflit nucléaire sur Mars :

http://rationalwiki.org/wiki/John_Brandenburg

https://secretspaceprogram.org/media/dr-john-brandenburg/

https://www.youtube.com/watch?v=ykHOZG8i8ck

Sur un plan financier l’extraction de l’Hélium 3 et du Titanium sur la Lune permit au CCI de financer la colonisation de Mars, l’extraction minière massive des ressources rares sur Mars généra des revenus tout aussi incommensurables, permettant le lancement d’un programme d’amélioration des vaisseaux de la Dark Fleet. Ainsi vers le milieu des années 60 le CCI finança les gigantesques Androméda 2, avec un nouveau moteur à torsion de champ, cadeau des Reptiliens permettant des voyages interstellaires. Le but était que la Dark fleet puisse combattre à côté des vaisseaux reptiliens dans tout l’empire Draco.

Pour avoir une idée de ce qu’est un moteur à ondes de champs de torsion il faut savoir que la rotation des électrons (spin) autour du noyau libère de l’énergie en giration, créant une torsion dynamique du champ autour de la particule. Dès qu’une source giratoire est animée de plus d’une forme de mouvements simultanés, telle une planète qui à la fois tourne sur son axe et gravite autour du Soleil ; il se produit alors automatiquement une torsion dynamique qui crée une onde. Ce phénomène permet aux ondes de torsion de se propager dans l’espace au lieu de demeurer en un lieu « statique ». Les ondes de torsion se déplacent dans l’univers mais à des vitesses « supraluminiques » (plus vite que la lumière). L’énergie giratoire, qui provoque les ondes de torsions, est indépendante des quatre forces de base que sont la gravitation, l’électromagnétisme, la force nucléaire faible et la force nucléaire forte. Ces quatre forces de base apparaissent désormais comme des manifestations secondaires de cette énergie quantique initiale, source de puissance plus que suffisante pour assurer l’existence de toute la matière physique.

Un moteur à torsion transforme ces vagues d’ondes supraluminiques en poussée vectorielle. En effet en excitant à l’infini les électrons d’un champ, la fréquence de ces ondes est multipliée. En les confinant dans un environnement isolé sous vide absolu, refroidie à la température du zéro absolu (ou s’arrête toute vibration de la matière), isolée des interactions des quatre forces, ces ondes supraluminiques sont canalisées et projetées dans un direction unique créant par la même une poussée vectorielle en croissance exponentielle.

Peu après Mars, la ceinture d’astéroïde fut atteinte et les voyages interstellaires mis en œuvre grace aux Androméda 2 et 3 furent finalement rendus possible fin des années 70. La Dark Fleet devint ainsi une véritable flotte de combat interstellaire, bras armé essentiel de la dominance Draco dans le groupe d’étoile proche à notre soleil.

Quel ne fut son étonnement quand le 10 Mars 1969 l’astronaute d’Apollo 9, Russel Schweickart, pris des clichés des gigantesques Androméda 2 de la Dark Fleet (cinq fois plus grands que la version précédente). Il resta sans voix en découvrant cette réalité qui lui était inconnu, à la suite de cette découverte Russel  se déclara « malade » pendant tout le reste de la mission avec des nausées vomissements et mal de ventre à répétition, soufrant vraisemblablement de dépression découvrant qu’ils n’étaient pas les premiers humains à s’affranchir de la Terre.

Andromeda 2

Avec les bases d’opérations et d’exploitation sur Mars, la conquête du reste du système solaire deviendrait juste une autre étape pour les Nazis, ces derniers s’approchaient de leur but initial établie par les Mystiques de Vril et Thulé, à savoir le voyage vers le système d’Aldébaran. Aussi de nouveaux développements technologiques ont permis de nouvelles conceptions de navettes cargo et l’établissement de centres d’exploitation minière dans la ceinture d’astéroïdes de Kuiper, ainsi que sur les Lunes appartenant aux lointaines géantes gazeuses.

  • Le CCI se lance à la conquête de Mars

Fin des années soixante l’engouement politique des américains pour la conquête spatiale avait retombée, les tensions budgétaires sur le programme de la NASA ce faisait sentir, il y avait de moins en moins d’argent. La plupart des fonds étaient affectés au budget destiné à la guerre du Vietnam. L’arrêt officiel des missions Apollo 18, 19 et 20 ne tarda guerre, or le CCI n’avait plus besoin du programme Apollo pour drainer les finances nécessaires au soutien de la Dark Fleet, l’autofinancement étant atteint avec la conquête et l’exploitation miniere du système solaire.

De même que pour l’aide aux Nazis, la manne de revenus en provenant de Mars et la Lune permit même de lancer un programme Martien autonaume propre au CCI, le programme Redsun. Lors de la première mission martienne du CCI ils réussirent en 1970 à envoyer d’une façon classique trois astronautes, il semble que deux d’entre eux y firent même un atterrissage en surface. Ils utilisèrent pour cela une fusée Saturn V modifiée (appelé Saturne VIII) afin de transporter une navette Apollo D2. Le site de lancement initial fut le Centre de lancement de « Barreira do Inferno » au Brésil, puis très vite déplacé aux Iles Marshall dans le pas de tir d’Omelek. En ce qui concerne la zone où était localisée le centre de contrôle des trois premières missions il se située à Cap Cañaveral en Floride, tandis que pour les missions suivantes, le centre de contrôle était situé dans l’Aire 51, au Nevada. Après la première mission, le CCI s’ouvrit aux soviétiques suites à la politique de détente promulguée par Brejnev et des 1972 des missions Martiennes conjointes furent réalisées. La première colonie appartenant exclusivement au CCI ce forma dès 1974 et fut baptisée « Ariès Prime ». Le CCI créa une filiale la Mars Colony Corporation pour gérer ses structures sur la planète, de même ils créèrent une force militaire de défense privée, la Mars Défense Force (MDF) pour sécuriser ses colonies.

A titre de complément, le docu-fiction « Alternative 3 » (Vidéo Youtube en Espagnol ) expose d’une façon assez réaliste la fuite des cerveaux et montre l’arrivée d’une mission conjointe sur Mars en 1962 : https://www.youtube.com/watch?v=ks7GSmUnV3A