Alors que le 25 mai 1961 John F. Kennedy lançait le programme Apollo, les Allemands eux avec leur Androméda 1 installaient avec l’aide du CCI (Conglomérat corporatif interplanétaire) leurs premières bases sur Mars.

En effet vers la fin des années 50 immédiatement après que la construction de la base lunaire de la Dark fleet fut terminée, les allemands envoyèrent leurs vaisseaux sur Mars et aménagèrent trois installations temporaires. Deux installations à 20 degrés de latitude des pôles Sud et Nord, et une autre à l’équateur.

L’installation de la base Martienne près du pôle Nord fut toute une réussite, baptisée « Sidonia », elle reçut bientôt toute une myriade d’équipements de construction afin de faciliter son développement, Des prospections géologiques furent fait et une installation minière fut établie pas très loin de la jeune colonie.

Les reptiliens communiquèrent aux allemands les connaissances techniques pour utiliser leur portail spatiaux-temporel, ce portail avait appartenu aux Anciens et avait été découvert sur la Lune après avoir défait les réfugiés de Maldek. Ils apprirent aux allemands les connaissances en Mathématique des trous de vers spatio-temporel, afin qu’ils puissent utiliser les vortex qui se créent naturellement pour en faire des portails. En échange la Dark Fleet Allemande devenait une flotte supplétive de la flotte reptilienne.

Base Dark Fleet

  • Des Vortex et des portails

Les courants d’énergie électromagnétique suivent une grille planétaire qui ne s’écoule pas seulement dans le sens horizontal à travers des lignes longeant la surface terrestre. Dans la direction verticale, se trouvent des colonnes électromagnétiques nommées vortex. Les vortex sont généralement situés aux intersections de flux horizontaux majeurs de la grille électromagnétique planétaire. Il existe d’autres vortex qui sont créés par des éléments naturels du paysage (volcans, montagnes pyramidales ou coniques, confluents de rivières, chutes d’eau), ou par la présence de gisements minéraux volumineux dans le sous-sol. Il y en a aussi qui sont créés par la présence d’une construction humaine (temple, pyramides ?), établies selon les principes de la géométrie dite « sacrée » et des mathématiques dites parfaites (Phi, Suite de Fibonacci, fractales etc.).

Lorsqu’on séjourne un moment au cœur de ces vortex, et selon leur intensité, on peut ressentir leur présence par des effets spéciaux. Sur terre quelques-uns de ces vortex sont célèbres pour les anomalies de leur champ gravitationnel, comme par exemple le vortex de l’Oregon et le vortex de Marysburgh aux Etats-Unis. Les anomalies gravitationnelles du vortex de Marysburgh ont été étudiées scientifiquement par un ingénieur canadien, Gilbert Smith (Project Magnet). Il à mesuré que les colonnes du vortex ont un diamètre d’environ 300 m et une hauteur de plusieurs Km.

Les allemands réussirent à trouver certains de ces vortex sur la planète Mars bien que leur localisation soit en général un peu fluctuante. En effet Mars, contrairement à la Terre, n’a plus de champ magnétique global du fait de son noyau. Mais par contre elle possède une multitude de champs rémanents dû à l’aimantation fossile imprimée dans les roches martiennes, notamment dans des zones géologiques (relief) et minéralogiques (magnétite) favorable. Une fois découverts ces zones « magnétisées », les champs électromagnétiques qui se créent sont stimulés par résonance scalaire électromagnétique à la même fréquence que le portail Artificiel présent sur la Lune. A un certain moment à l’intérieur du vortex artificiel Lunaire, une bulle spatio-temporelle se forme, la matière est immédiatement aspiré par la bulle puis recrée/éjectée dans le portail naturel le plus proche ayant la même fréquence de résonance, dans notre cas il s’agit du vortex naturel stimulé sur Mars, c’est un type de transfert dit de « point à point » (PaP).  Les deux types de portail point a point, à savoir les portail naturels (vortex) et les portail artificiels ne doivent etre confondus  avec les portails « Dimensionnels » ou avec les portail « temporels » qui ont des fonctions différentes.

Si les portails naturels peuvent etres traversés par les humains  avec leur vétements et toute matiere non biologiques qu’il le désirent, à contrario les portails artificiels ne peuvent pas etre traversés avec des vetements ou toute matiere qui soit autre que le corp humain, au risque que cette matiere fusionne avec le corp, raison pour laquelle les personnes qui la traversent sont entierrement nue. Lors du passage de ces portails PaP, le coeur s’arrete pendant deux secondes avant de reprendre ses pulsations de l’autre coté.

 

C’est ainsi que des tonnes de matériels furent transportés de la Lune vers Mars, d’une façon quasi instantanée. Tout ceci ne fut pas possible sans l’aide du CCI qui fournissait, par cargo/sous-marins entiers, les bases Allemandes en Antarctique. De là les marchandises étaient réexpédiées sur la Lune via les Androméda puis via les portails vers Mars. Avec le temps, des usines de traitement de matière première furent installées puis des usines de fabrication de produits manufacturés, à ce jour il s’agit de véritables complexes industriels autonomes. Ils commencèrent par fabriquer des objets composés à partir de la matière qui se trouvait sur place, par exemple du béton armé, des poutres d’acier, puis plus tard des produits manufacturés basiques, puis finalement des produits technologiquement avancés.

  • La fin des deux autres colonies

Deux des trois bases furent détruites juste après leur installation. Celle de l’équateur par une tempête de sable cumulé à une tempête électromagnétique. C’est que le bombardement de débris de Maldek vitrifia le sol aux équateurs, créant une sorte d’anode d’électricité statique sur le sol. Grace aux tempêtes l’atmosphère ce couvre d’un sable rouge chargé d’électricité, il se crée ainsi de puissantes décharges similaire à la foudre avec des puissantes impulsions électromagnétiques, sorte de EMP naturel. Vu le manque de viabilité les occupants de cette base équatoriale furent évacués

L’autre base détruite fut celle proche du pôle sud. Il semblerait que la base Allemande fut aménagée pas très loin d’une d’importante colonie d’une race Alien appelée « Mantis ».

Mantid
Photo de Mantis ou Mantid sur Mars, photos pris de sondes Nasa.

Ces êtres installèrent leurs colonies sur Mars bien avant les Humains. De type insectoïde cette race ce distingue par leurs capacités télépathes et leurs connaissances en biologie et génétique. Ils vivent en ruches installant leur colonies dans les immenses tubes de laves vitrifiés (des dizaines de kilomètres de long) qui se créent près des gigantesques volcans Marciens :

http://planete-mars.com/hi-seas-4-dans-un-tube-de-lave/

Excavés naturellement de l’intérieur et aménagés, des centaines de milliers de ces êtres y vivent.

Tube lave

La plupart des groupes dit « Mantis » ou « Mantid » sont inféodés à la dominance Draconienne, cependant ils gardent une grande autonomie vis-à-vis de leurs maîtres Reptiliens. Très territoriaux ils attaquèrent immédiatement l’installation allemande, la détruisirent et tuèrent tous ces occupants.

Sidonia la seule base qui survécu, affronta dès ses débuts de fortes tensions au niveau des effectifs. En effet du fait des pertes d’hommes, dû au conflit avec les insectoïdes Mantis, mais aussi au faible effectif général de la Dark Fleet, les Nazis ce trouvèrent freinés dans leur conquête de la planète rouge. Nous verrons au prochain article comment les Allemands réussirent à résoudre ce problème.